Entreprises, soignez votre préonboarding pour sécuriser vos talents IT !

- - Seyos

Recruter un nouveau collaborateur est toujours une étape clé dans la vie d’une entreprise. Mais que faire lorsqu’un candidat disparaît durant le processus ou se rétracte après avoir été embauché ? Ce phénomène qu’on appelle le “ghosting” est aujourd’hui de plus en plus courant dans le monde du travail. Quelles sont les bonnes pratiques à mettre en place pour éviter cela ? Comment sécuriser au mieux ses recrutements ? Voici quelques éléments de réponse !

Quand le ghosting s’invite dans le recrutement !

“On recrute ! ”, “Poste en CDI à pourvoir”,  “Opportunité d’emploi IT”, ce type de message, les professionnels du secteur de l’IT y sont familiers et en reçoivent plusieurs par jour ! Quotidiennement chassés par les recruteurs et très recherchés par les entreprises, ces profils IT jouissent d’un bassin d’emploi plus que favorable. Une position confortable pour ces postes très demandés qui poussent de plus en plus de candidats à décrocher durant le processus de recrutement, voire à se rétracter après avoir signé une promesse d’embauche. 

Ghosting développeur

Cette tendance baptisée le “ghosting” ne date pas d’hier. Auparavant assimilée aux relations amoureuses, elle s’invite désormais dans le monde du travail et incite les entreprises à revoir leurs processus de recrutement et d’intégration. Un processus de recrutement trop long ou trop exigeant, un manque de communication sur l’avancée de leur candidature et les candidats n’hésitent plus à aller voir ailleurs si une meilleure proposition se présente.

C’est quoi le « no-show » ?
Principalement employé dans le secteur hôtelier pour qualifier un client qui ne se présente pas le jour de sa réservation, le terme no-show est aujourd’hui utilisé dans le domaine du recrutement. Il désigne le fait qu’un candidat ne se présente pas à l’entretien d’embauche ou lors du premier jour de son contrat.

Ghosting : comment sécuriser vos recrutements ?

Alors comment sécuriser vos recrutements IT face à des candidats très sollicités ? Voici quelques actions à mettre en place pour éviter de se faire ghoster par les candidats !

This must be the place
  • Être transparent sur son processus de recrutement : présenter clairement les différentes étapes du recrutement, les personnes que le candidat va rencontrer ainsi que les délais de réponses entre chaque phase d’entretien. Le candidat sait à quoi s’attendre, il n’y a pas de mauvaise surprise. 
  • Instaurer un processus de recrutement court : un processus trop long risque de démotiver le candidat et augmente les chances de ghosting. Un processus de recrutement court et efficace est aujourd’hui essentiel pour conserver la motivation du candidat.
  • Garder le contact régulier avec le candidat : il est essentiel de bien communiquer avec le candidat et ce tout le long du processus de recrutement. 35% des candidats ne se présenteraient pas le premier jour s’il n’y a aucune communication entre la signature de la promesse d’embauche et le premier jour du contrat.*
  • Être transparent dans les descriptions de poste : des descriptions de poste honnêtes et transparentes évitent bien des déconvenues pour les candidats. Ils savent exactement à quel poste il postule et quelles en sont les missions. 
  • Être honnête dans le contrat de travail : soyez précis au moment d’établir le contrat de travail, notamment concernant la rémunération et les primes variables qui l’accompagnent. Votre plan de rémunération doit être honnête pour ne pas motiver faussement le candidat. 

Un préonboarding de qualité pour motiver vos futurs collaborateurs

Si la qualité du processus de recrutement conditionne la réussite de vos recrutements, la phase de pré-onboarding est tout aussi importante, notamment dans des secteurs en tension comme celui de l’IT. En effet, le candidat que vous recrutez continue d’être sollicité, et ce même après avoir signé sa promesse d’embauche ! Le risque qu’il ait une meilleure offre à saisir est donc bien réel. 

Welcome Pack Entreprise

Pour éviter ce type de déconvenue, il est important de travailler la phase de préonboarding, c’est-à-dire la phase entre la signature de la promesse d’embauche et le premier jour d’intégration du collaborateur. Établir et conserver le lien entre le futur collaborateur et votre entreprise est essentiel, en lui faisant sentir qu’il est attendu au sein de votre équipe. Un préonboarding de qualité, c’est maximiser les chances d’une bonne intégration et favoriser le sentiment d’appartenance !

Pour soigner votre préonboarding et motiver vos futurs collaborateurs, voici quelques conseils à mettre en place : 

  • Soigner la communication avec le candidat : communiquer avec votre futur collaborateur est primordial pour l’engager et conserver le lien jusqu’à son arrivée dans l’entreprise. Vous pouvez organiser une visite des locaux, lui envoyer un mail avec le programme de son onboarding ou encore préparer une FAQ à lui transmettre avant son arrivée.
  • Organiser un déjeuner d’équipe : rencontrer l’équipe avant son premier jour de travail est un excellent moyen d’intégrer votre futur collaborateur. Cela permet de faire connaissance et d’arriver plus serein le jour J !
  • Préparer un “Welcome Pack” : matériel informatique, bloc-note, tasse, chocolats, mot d’accueil, mettre en place un Welcome Pack vous permet de véhiculer une image de marque positive et renforcer le sentiment d’appartenance. 
  • Inviter le candidat aux évènements internes : faites découvrir à votre futur collaborateur la vie de l’entreprise en l’invitant à participer aux évènements internes. C’est un bon moyen pour lui faire découvrir votre culture d’entreprise et l’intégrer naturellement aux équipes.